• Cardamine des Prés (2) - Cardamine pratensis

     

    La Cardamine des Prés ou Cresson des Prés (Cardamine pratensis),
    est une plante herbacée de la famille des brassicacées.

    Description :

    La Cardamine des Prés est une plante moyenne (30 à 40 cm de haut) à fleurs roses ou blanches.

    Elle pousse dans les prairies humides.

    La Cressonnette ou Cresson des Prés ressemble au Cresson de Fontaine mais en plus piquant.
    Il se cultive dans de petits raviers sur de la mousse.

    La Cressonnette apporte une saveur piquante aux sandwiches et autres crudités.
    Elle peut également se servir en garniture de mets variés.

    Caractéristiques :

    Organes reproducteurs

    • Couleur dominante des fleurs : rose ou blanc
    • Période de floraison : avril-mai
    • Inflorescence : racème simple
    • Sexualité : gynodioïque
    • Pollinisation : entomogame

    Graine

    • Fruit : silique
    • Dissémination : anémochore

      Ecologie :

      La cardamine des prés est notamment la « plante-hôte » des chenilles des papillons suivants : Photo prise dans la Vallée Verte, le 12 Avril 2014



    23 commentaires

  • Eristale Tenace (2) - Eristalis tenax

     

    Eristale Tenace (2) - Eristalis tenax

     

    Eristale Tenace (2) - Eristalis tenax

     

    Eristale Tenace (2) - Eristalis tenax

     

    L'éristale gluant(e) ou éristale tenace (Eristalis tenax), est une espèce d'insecte diptère brachycère de la famille des Syrphidae, de la sous-famille des Eristalinae. C'est une mouche inoffensive rappelant principalement l'abeille domestique mâle ou faux-bourdon et il est le plus commun des éristales d'Europe où il butine de nombreuses espèces de fleurs (rôle dans la pollinisation).

    Description :
    Il a un abdomen arqué présentant des marques jaunes ou orangées, une puissante plaque dorsale en forme de quadrilatère, des pattes fortes.

    C'est un excellent planeur capable de s'arrêter en plein vol et de rester immobile au-dessus d'un point, sans qu'on puisse percevoir les battements de ses ailes.

    Les larves sont cylindriques et vivent dans des eaux stagnantes riches en matières organiques, le purin, où elles peuvent se mouvoir. Leur tube respiratoire, placé en position terminale, peut s'allonger pour aller chercher l'air en surface (d'où leur surnom de "ver à queue de rat").

    S'ils se font attaquer, les éristales se comportent parfois comme des bourdons en tournant autour de l'ennemi pendant quelques secondes.

    Depuis mes débuts sur la blogosphère, j'ai consacré pas mal d'articles à ce Syrphe que j'aime beaucoup.
    Comme le Tircis, c'est un de mes compagnons de balade en (presque) toutes saisons.

    Souvent, quand je fais des photos macros, j'utilise mon objectif 90 mm Macro de la marque Tamron.
    Mais pas toujours. Et c'est justement le cas pour ces 4 clichés.
    Aucun n'est réalisé avec mon objectif Macro.
    La deuxième photo est faite avec mon objectif zoom 18-250 mm Tamron.
    Les 3 autres avec le même objectif, auquel j'ai ajouté une Bonnette achromatique Marumi 3D.
    Il faut dire que cet objectif permet une distance minimum de 49 cm à toutes les focales.
    Alors, vous imaginez quand je suis à fond de zoom, à 250 mm (équiv. 375 mm).


    Joyeux Anniversaire à ma frangine que j'aime très fort...

    Photos prises dans la Vallée Verte, les 14 & 15 Avril 2014


    26 commentaires

  • Géranium Herbe à Robert (1) - Geranium robertianum

     

    Géranium Herbe à Robert (1) - Geranium robertianum

     

    Géranium Herbe à Robert (1) - Geranium robertianum

     

    Le Géranium Herbe à Robert (Geranium robertianum), est une plante (annuelle ou bisannuelle) de la famille des Géraniacées. C'est une plante commune dans une grande partie des zones tempérées de l'hémisphère nord.

    Elle est parfois utilisée comme ornementale, comme couvre sol.

    Noms communs :

    Il est également appelé en français Herbe à Robert, Herbe rouge, Bec de grue ou de cigogne (Alsace), Aiguille Notre-Dame, Cerfeuil sauvage (à cause de la forme de ses feuilles), Epingles de la Vierge, Fourchette du diable
    (à cause de la longue et curieuse pointe qui termine ses fruits)
    En anglais Herb Robert et Herb Robin, en italien Erba roberta et Geranio di San Roberto,
    en espagnol Herba de sant Robert et Hieba de san Roberto, en allemand Roberts Storchschnabel,
    Ruprechts-Storchschnabel et Ruprechtskraut, en néerlandais Robertskuid.

    Description :

    C'est une plante herbacée de 10 cm à 50 cm de haut (20 à 40 cm le plus souvent).
    La tige, grêle, est rougeâtre, velue, renflée aux nœuds.

    La feuille : elle est très découpée, d'aspect palmatiséqué à 3 à 5 lobes (folioles) pennatifides. Elle a un long pétiole velu, souvent rougeâtre. le limbe est velu, vert à la face supérieure, vert grisâtre et tomenteux à la face inférieure. Certains spécimens sont rouges ou certaines feuilles virent au rouge à la fin de l'été, ou au début de l'automne.

    La fleur : elle a cinq pétales. Elle mesure de 1,5 à 2 cm de diamètre. Elle comprend un calice constitué par 5 sépales dressés, resserrés au sommet, mucronés, striés longitudinalement. Le style dépasse nettement le calice.
    Les pétales sont rose tirant parfois sur le violacé.
    Les fleurs sont disposées par deux sur chaque pédoncule. Elles présentent souvent des rayures plus claires.

    Reproduction :

    Floraison : mai à septembre

    • Le fruit : il est constitué par 5 carpelles ridés, dont les apex se détachent de l'axe central,
      de la base au sommet, en se recourbant, c'est la déhiscence.
    • Dissémination : la déhiscence projette les carpelles mûrs à plusieurs dizaines de centimètres autour de la plante.

      Habitat et Répartition :

      L'herbe à Robert affectionne la proximité des habitations (les pieds de murs, certains vieux murs et murets)
      et les milieux légèrement anthropisés (bords des chemins, des haies et les bois...).
      Ses populations peuvent être denses en milieux humidifiés, frais et ensoleillés ou un peu plus secs, mais demi-ombrés. Dans les friches, sur sols remodelés ou sur les ruines, elle se comporte parfois comme une pionnière.

      Elle est présente en Amérique et en Asie, dans toute l'Europe et pour la France dans tous les départements.

      Usages :

      Sa racine était utilisée pour tanner les cuirs (richesse en tanin).

      Usage pharmaceutique

      Toutes les parties de la plante ont été utilisées en pharmacopée traditionnelle.

      • L'infusion de plante entière (hors racine) était réputée lutter contre la dysenterie et les hémorragies utérines (elle était utilisée comme hémostatique externe).
      • Son huile essentielle est réputée antiseptique. Associée à la bistorte, l’aigremoine et le chêne,
        elle devait guérir la diarrhée de l'enfant ou de l'adulte.
      • Les sommités ont des propriétés diurétiques.
      • On l'a utilisée contre les maux de dents.
      • Les diabétiques l'ont utilisée afin de diminuer leur taux de sucre.
      • Elle était aussi réputée désengorger les mamelles.
      En France, elle doit comporter un minimum de 10 % de tanin pour être vendue comme plante médicinale : « La partie utilisée du géranium herbe à Robert est constituée par les parties aériennes fleuries, fragmentées, séchées, de Geranium robertianum. Le géranium herbe à Robert contient au minimum 10,0 % de tanins »


      Photos prises dans la Vallée Verte, les 8 et 16 Avril 2014


    29 commentaires

  • Agrion élégant (7) - Ischnura elegans

     

    Agrion élégant (7) - Ischnura elegans

     

    Nom latin : Ischnura elegans (Vander Linden, 1820)
    Nom commun : Agrion élégant
    Autres noms : Ischnure élégante
    Nom anglais : Blue-tailed Damselfly
    Ordre : Odonata
    Sous-ordre : Zygoptera
    Famille : Coenagrionidae
    Envergure : 30-34 mm
    Biotope : Proximité des eaux courantes et surtout stagnantes bordées de végétation.
    Zone géographique : Europe et Asie, de l'Islande jusqu'au Japon.
    Manquant dans une grande partie de la péninsule Ibérique et dans l'extrême nord.
    Période de vol : Fin avril à fin septembre dans le nord de la zone de répartition,
    durant une période un peu plus étendue dans le sud.

    Les mâles matures ont un abdomen noir bronze avec la base et l'extrémité de l'abdomen (segment 8)
    de couleur bleu ciel.
    Les yeux sont bleus avec du noir sur le dessus. Il y a des taches post oculaires rondes et bleues.
    Les pterostigmas sont bicolores noir-blanc.
    Les femelles sont de couleur variable. Certaines sont bleues et ressemblent beaucoup aux mâles. D'autres sont brunâtres ou verdâtres ternes. D'autres présentent un thorax rose qui verdit ou brunit et ternit avec l'âge.
    Le cycle de reproduction est assez rapide. Il peut y avoir trois générations par an dans le sud.
    Il n'y a qu'une seule génération par an dans la majorité des régions.


    Je vous ai déjà présenté l'Agrion élégant juvénile il y a 3 jours.
    Je suis retourné au même endroit depuis, et j'ai pu faire d'autres photos que je vous présente.
    Cette fois-ci j'ai pu approcher un peu plus, et les macros sont plus intéressantes au niveau des détails.
    En l'occurence, ici c'est une femelle juvénile, de couleur violette.

    Une façon très agréable de visiter le blog : Utiliser le module Tags, qui se trouve tout en bas sur la droite.

    Photos prises dans la Vallée Verte, le 16 Avril 2014


    31 commentaires

  • Piéride de la Rave (1) - Pieris rapae

     

    La Piéride de la rave (Pieris rapae) est un insecte lépidoptère de la famille des Pieridae
    de la sous-famille des Pierinae et du genre Pieris.

    Noms vernaculaires
    Pieris rapae
    se nomme en anglais Small White et Cabbage White aux États-Unis , Kleine Kohlweißling en allemand, Klein koolwitje en néerlandais, Pequeña mariposa de la Col en espagnol et Rapaiola en italien.

    Description
    C'est un papillon blanc à revers blanc jaunâtre. La longueur de l'aile antérieure de la Piéride de la rave, de couleur majoritairement blanche, varie de 23 à 27 mm. Chez le mâle, le dessus des ailes antérieures est marqué par un petit point noir tandis que la femelle porte deux points noirs. L'aile antérieure du mâle possède une pointe plus ou moins sombre (sur l'apex) mais celle-ci est plus petite que chez la femelle. Les papillons issus de la première génération de l'année ont des marques sombres moins importantes que ceux des autres générations. La piéride de la rave peut être confondue avec la Piéride de l'ibéride (Pieris mannii) et la Piéride de l'æthionème (Pieris ergane).

    Chenille et Chrysalide
    Ses œufs, jaune clair, sont pondus isolément, contrairement à ceux de la Piéride du chou,
    et ont une période d'incubation d'une semaine. La femelle volette des feuille en feuille sur la plante hôte
    et pond rapidement à chacun de ces atterrissages.

    La chenille est verte avec des points jaunes sur les flancs et une ligne continue jaune sur son sommet.
    La chrysalide est verte.

    Biologie
    En plaine, le papillon peut avoir trois à cinq générations sur l'année mais seulement une à deux en montagne. L'imago est présent de mars à octobre, mais est parfois présent dès janvier sur la Côte d'Azur.

    Elle hiverne à l'état de chrysalide. Mais aux Canaries ce papillon est multivoltin et vole toute l'année.

    Les plantes hôtes sont de nombreuses crucifères : Chou potager, Colza, Moutarde des champs, Ravenelle,
    Alliaire officinale, ainsi que Réséda jaune, Grande Capucine.

    Ecologie et Distribution
    La Piéride de la rave est présente naturellement en Eurasie jusqu'à la péninsule Arabique, au Maghreb et au Japon. Elle est ainsi présente dans toute l'Europe excepté la région arctique.

    C'est un migrateur qui va vers le nord de l'Europe au début de l'été puis repart au sud vers la fin août.

    Elle a également été introduite en Islande, en Amérique du Nord (où elle est présente du Canada à Mexico),
    à Hawaï, aux Bermudes, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

    La Piéride de la rave est présente dans tous les départements de France métropolitaine, depuis le paléolithique.

    Elle apprécie les jardins et les prairies riches en Brassicacées jusque 2 100 mètres d'altitude.
    Elle se maintient dans les villes sur les friches temporaires.

    Aucun statut de protection, c'est l'un des papillons les plus communs au monde.


    Toutes mes photos sont visibles en grand format : il suffit de cliquer dessus !
    Ensuite, vous appuyez sur la touche "Retour arrière" pour revenir dans le blog...


    Photo prise dans la Vallée Verte, le 16 Avril 2014


    25 commentaires

  • Tircis (6) - Pararge aegeria

     

    Tircis (6) - Pararge aegeria

     

    Le Tircis (Pararge aegeria) est un lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae,
    à la sous-famille des Satyrinae et au genre Pararge.

    Description
    Le Tircis est un papillon de taille moyenne ornementé de marron sur un fond de couleur orange vif.

    Biologie
    Le cycle peut comporter deux générations ou plus par an.
    Les œufs, pondus isolément sur les plantes hôtes éclosent au bout d'une dizaine de jours.
    Pour les chenilles de première génération, le développement jusqu'au stade nymphal s'effectue en un mois.
    Celles de dernière génération peuvent se nymphoser soit en automne, soit au printemps, après hibernation.
    Les chrysalides restent suspendues aux tiges pendant un mois pour celles qui n'hivernent pas.

    Le Tircis vole en deux ou trois générations entre février et décembre.
    Il hiverne au stade de chenille ou au stade de chrysalide.

    Ecologie et Distribution
    Le Tircis est présent en Afrique du Nord, dans toute l'Europe non nordique et toute l'Asie tempérée.
    Il réside dans tous les départements de la France métropolitaine.

    Le Tircis vit dans les bois clairs, les clairières, les haies et parcs urbains arborés, jusqu’à 1500 m.
    Le papillon se tient au sol, sur les plantes basses ou sur les feuilles d’arbres dans les taches de soleil des clairières,
    le long des chemins forestiers et des lisières.

    Pas de statut de protection particulier

    Noms vernaculaires
    Le Tircis se nomme "Speckled Wood" en anglais et "Waldbrettspiel" en allemand.


    C'est le papillon que je rencontre le plus fréquemment, aussi bien maintenant qu'à mon ancien domicile.
    Les Tircis, à eux seuls, sont aussi nombreux que tous les autres papillons réunis...
    C'est vous dire si c'est un ami fidèle de mes balades, quasiment tout au long de l'année !


    Photos prises dans la Vallée Verte, le 14 Avril 2014


    33 commentaires

  •  Agrion élégant (6) - Ischnura elegans

     

    L'Agrion élégant (Ischnura elegans) est une espèce d'insectes odonates de la famille des Coénagrionidés,
    du sous-ordre des Zygoptères (« demoiselles »).

    Vu la couleur violette de cet individu, je pense qu'il s'agit d'un juvénile, d'une femelle !
    Les adultes sont de couleur verte pour la femelle, et bleue pour le mâle.

    Quel plaisir de retrouver ces Libellules !
    Depuis quelques jours, j'ai revu plusieurs espèces, et notamment :
    - Agrion élégant
    - Agrion Orangé
    - Caloptéryx Vierge
    - Petite Nymphe au corps de feu
    Je vous présenterai bientôt cette dernière.


    Photo prise dans la Vallée Verte, le 13 Avril 2014


    29 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires