• Tircis (7) - Pararge aegeria

     

    Tircis (7) - Pararge aegeria

     

    Tircis (7) - Pararge aegeria

     

    Tircis (7) - Pararge aegeria

     

    Tircis (7) - Pararge aegeria

     

    Tircis (7) - Pararge aegeria

     

    Tircis (7) - Pararge aegeria

     

    Tircis (7) - Pararge aegeria

     

    Tous renseignements nécessaires sur ce papillon dans mon article précédent

    Comme je l'avais déjà précisé dans une autre publication, c'est le papillon que je rencontre le plus souvent.
    Je l'ai photographié des centaines de fois.
    Il me connait tellement bien maintenant qu'il me laisse l'approcher facilement :-)
    Vous pouvez en voir beaucoup d'autres photos dans la Galerie qui lui est consacrée : Tircis


    Photos réalisées dans la Vallée Verte, entre le 4 Mai et le 20 Juin 2014


    101 commentaires

  • Crapaud Commun (1) - Bufo bufo

     

    Crapaud Commun (1) - Bufo bufo

     

    Crapaud Commun (1) - Bufo bufo

     

    Crapaud Commun (1) - Bufo bufo

     

    Crapaud Commun (1) - Bufo bufo

     

    Bufo bufo, le Crapaud Commun, est une espèce d'amphibiens de la famille des Bufonidae.
    C'est l'espèce de crapauds la plus répandue en Europe.

    Description :
    Le Crapaud Commun est un anoure de taille moyenne à grande, mesurant de 50 à 90 mm chez le mâle, de 80 à 110 mm, voire plus, chez la femelle, avec des tailles plus grande au sud qu'au nord. C'est le plus gros crapaud européen. C'est un animal court sur pattes et trapu.

    La pupille est horizontale, avec l'iris uniformément rouge cuivré ou orange, légèrement vermiculé de noir.
    Derrière chaque œil, les glandes parotoïdes sont très proéminentes, divergentes, allongées, au moins deux fois plus longues que larges (à la différence de celles du Crapaud calamite beaucoup plus courtes).

    Sur le dos, sa peau est pustuleuse, c'est-à-dire couverte de saillies (appelées aussi verrues) formées par des glandes granuleuses, capables de secréter un venin crémeux, contenant des amines, des peptides et des alcaloïdes. Le venin des glandes parotoïdes et des pustules a pour fonction de protéger les crapauds contre les prédateurs et joue aussi un rôle antiseptique et antibiotique pour un animal qui ne possède pas un système immunitaire aussi performant que celui des mammifères. Ce poison n'est dangereux que pour les carnassiers qui veulent le mordre, sauf les serpents réfractaires au venin. Certaines glandes secrètent un mucus lui permettant de ne pas se dessécher et de préserver ainsi l'humidité et l'élasticité de sa peau.

    Le Crapaud Commun est généralement marron, gris jaunâtre ou roussâtre. Sa robe est souvent unie mais elle peut porter quelques taches plus sombres, surtout dans le sud. La face inférieure est blanc jaunâtre, unie ou tachetée.

    Le mâle reproducteur a souvent la peau assez lisse, d'un teint vert olive.
    Il porte des callosités nuptiales brun noir, sur les doigts 1, 2 et 3. Il est dépourvu de sac vocal.

    Répartition :
    Le Crapaud Commun se rencontre jusqu'à 3.000 m d'altitude en Europe et dans l'Ouest de l'Asie.

    Avec l'élévation au rang d'espèce de Bufo spinosus, la distribution du Crapaud Commun est modifiée, il n'est plus présent dans le Sud de la France, en Espagne, au Portugal, au Maroc, en Algérie et en Tunisie.

    En France, cette espèce est présente, au Nord d'une ligne Rouen - Alpes Maritimes ; au Sud de cette ligne, elle est remplacée par Bufo spinosus. Elle est en général commune et seulement plus rare dans certains secteurs de vallées, de plaines ou de plateaux des Alpes.

    Habitat :
    Le Crapaud Commun vit à peu près partout en plaine et en forêt notamment dans les milieux humides. Il est présent du niveau de la mer jusqu'à 1.500 m d'altitude environ dans le Jura et les Alpes.

    Il apprécie les milieux frais et boisés et évite les habitats chauds et secs, comme les cordons dunaires du littoral ou les Causses du sud de la France qu'il laisse au Crapaud calamite.

    Il vit sur terre et rejoint l'eau uniquement pendant la brève période de reproduction. Les sites de ponte sont en priorité des plans d'eau permanents de grandes dimensions, souvent riches en poissons, comme lacs, étangs, bras mort de rivières, mares, rivières, bassins de carrière et sablières, marécages, tourbières etc...
    Bon marcheur, on peut le rencontrer très loin des plans d'eau.

    Mode de vie :
    Le Crapaud Commun est actif surtout la nuit. Avec ses membres assez courts, il ne se déplace que lentement et plutôt lourdement. Il ne s’appuie que sur ses doigts (c'est un digitigrade, ne prenant pas appui sur sa paume).
    Inquiété, il peut s'éloigner à petits bonds.

    Le jour, il se cache dans un trou qu'il creuse au ras du sol ou dans un terrier de rongeur, dans une taupinière ou sous du bois mort ou des pierres. Plusieurs individus peuvent occuper le même terrier.

    Alimentation :
    Le Crapaud Commun se nourrit principalement d'insectes divers et de petits animaux (limaces, vers de terre, chenilles, cloportes, mille-pattes, petits coléoptères, scolopendres, mouches, ...) qu'il attrape avec sa langue collante. Il mastique sa proie en l'écrasant avec le palais car il ne possède pas de dents. Quand il mange ses yeux se ferment et rentrent dans sa tête. Il chasse à l'affût et il lui faut un petit objet en mouvement pour lancer une attaque.

    Hivernation :
    La période d'hivernage se déroule habituellement d'octobre-novembre à février-mars, dans un site terrestre situé généralement à moins de 500 m du site de ponte. À l'automne, en effet, il se rapproche de sa mare de reproduction mais attend le printemps pour effectuer le trajet final. Pour hiverner, il se réfugie dans une cavité à l'abri du gel (tunnel d'animal, cave, tas de bois). Durant cette période, il peut effectuer quelques sorties par temps doux.

    Reproduction :
    À la fin de l'hiver, les crapauds se regroupent par dizaines voire par centaines autour de points d'eau pour s'accoupler et pondre leurs œufs qui deviendront têtards et se transformeront en petits crapauds
    en quelques semaines.

    La période de reproduction débute de décembre à février dans le sud et le sud-ouest, de février à mars dans le reste de la zone et encore plus tard en altitude. L'adulte mue peu avant ce moment. Il se défait de son épiderme hivernal et acquiert une peau dorsale lisse.

    Particularités :
    L'œil cuivré, caractéristique de l'espèce Bufo bufo (Crapaud Commun), semble bien adapté à la vision nocturne grâce à une pupille horizontale très extensible.

    La peau toujours humide, garnie de tubérosités venimeuses, n'est dangereuse que pour les carnassiers qui veulent mordre les crapauds, ou appliquée sur une blessure. Il faut néanmoins éviter de se frotter les yeux ou toucher une muqueuse ou porter les doigts à la bouche après avoir touché un crapaud.

    En présence d'un ennemi naturel tel qu'une couleuvre, le Crapaud Commun se dresse sur ses pattes et se gonfle, probablement pour paraître plus gros et décourager le prédateur, et pour lui exposer ses glandes à venin
    (il possède notamment deux glandes parotoïdes, à l'arrière de la tête, produisant du poison,
    contenant notamment des bufotoxines).

    Il vit environ 10 ans dans la nature et jusqu'à 36 ans en captivité.

    Menaces et Protection :
    Comme la plupart des amphibiens, la destruction et l'assèchement des marais ainsi que les pesticides constituent
    une menace pour l'espèce. Beaucoup de Crapauds Communs sont écrasés sur les routes en rejoignant leur zone
    de reproduction. L'installation de barrières temporaires ou de crapauducs est recommandée
    pour protéger cet amphibien.

    C'est juste après la métamorphose et au sortir de l'eau que le Crapaud Commun est le plus vulnérable à ses prédateurs, à la déshydratation, aux pesticides et l'écrasement sur les routes.

    En France, le Crapaud Commun est protégé par l'arrêté du 22 juillet 1993 (article 1), et par la convention de Berne (annexe III). Cette espèce est classée parmi les espèces "à surveiller", dans le livre rouge des vertébrés de France.


    J'espère ne pas avoir fait d'erreur dans l'identification. Si un connaisseur peut me le confirmer...


    Comme vous pouvez le voir, ce Crapaud Commun n'était pas dans la nature lorsque j'ai fait ces photos.
    Je l'ai trouvé sur ma terrasse hier matin. Celle-ci étant entourée de murs d'habitation ou d'un mur
    de 1,30 mètre de haut donnant sur une prairie, il a dû tomber de là.

    Quand je l'ai aperçu, il ne bougeait pas du tout. Je l'ai touché légèrement avec un bout de bois.
    Pas de réaction dans un premier temps, puis il a bougé un peu quand j'ai insisté.
    Je me suis demandé s'il s'était blessé... ou s'il était simplement sonné.
    L'oeil que vous voyez semble tout à fait normal, mais l'autre était complètement fermé, je ne sais pourquoi.
    Peut-être était-il tout simplement en train de dormir car c'était le jour, comme dit dans les explications.
    Ayant quand même le réflexe de tout photographe, je suis allé chercher mon appareil et j'ai fait quelques clichés.
    N'étant pas du tout un spécialiste de ces animaux, je ne savais quoi faire.
    J'ai décidé de le laisser récupérer et suis allé faire autre chose. J'ai laissé passer quelques heures.
    Quand je suis revenu, il ne bougeait pas plus. J'ai donc décidé de le remettre dans la prairie... pour voir !
    Hé bien là, il s'est mis à bouger, et même à faire de petits bonds, et il est parti se mettre à l'abri dans l'herbe...


    J'ai ajouté un module sur la droite intitulé : Livre "Coup de coeur" du moment...


    Photos réalisées le Mardi 8 Juillet 2014


    83 commentaires

  • Sylvaine (2) - Ochlodes sylvanus

     

    Sylvaine (2) - Ochlodes sylvanus

     

    Sylvaine (2) - Ochlodes sylvanus

     

    Sylvaine (2) - Ochlodes sylvanus

     

    Sylvaine (2) - Ochlodes sylvanus

     

    Sylvaine (2) - Ochlodes sylvanus

     

    Sylvaine (2) - Ochlodes sylvanus

     

    Sylvaine (2) - Ochlodes sylvanus

     

    La Sylvaine (Ochlodes sylvanus) ou Hespérie Sylvaine est un insecte lépidoptère de la famille des Hesperiidae,
    de la sous-famille des Hesperiinae et du genre Ochlodes.

    Noms vernaculaires :
    La Sylvaine se nomme Large Skipper en anglais, Rostfarbiger Dickkopffalter en allemand
    et Dorada orla ancha en espagnol.

    Description :
    C'est un petit papillon d'une envergure de 14 mm à 17 mm au vol rapide.
    Le dessus des ailes est marbré d'orangé bordé de marron.
    Le revers de l'aile postérieure est jaune verdâtre et marqué de taches plus claires peu distinctes.
    Le corps est gros et les antennes sont largement séparées à la base.

    Chenille :
    La chenille est de couleur vert bleuté. Ligne médio-dorsale foncée et une paire de lignes latérales jaunâtres situées au niveau des stigmates. Tête noir et brun. Longueur jusqu'à 28 mm.

    Période de vol & Hivernation :
    La Sylvaine vole habituellement en une seule génération de juin à août.
    Pourrait avoir plusieurs générations au sud de l'Europe.
    Elle hiverne au stade de chenille adulte.

    Répartition :
    La Sylvaine réside dans toute l'Europe (sauf le sud de la Péninsule Ibérique, les Îles Baléares, la Sardaigne, la Corse, l'Irlande, l'Écosse et le nord de la Scandinavie) et du sud de la Scandinavie à toute l'Asie tempérée, de la Sibérie jusqu'aux îles Kouriles, la Chine et le Japon.

    La Sylvaine est présente dans toute la France métropolitaine.

    Habitat :
    La Sylvaine réside dans les milieux les plus divers : prés, lieux incultes riches en graminées, lisières forestières, clairières, haies, bords de routes.

    Protection :
    Pas de statut de protection particulier.


    D'autres photos de ce beau papillon dans la Galerie Photo que je lui ai consacrée : Sylvaine


    Photos réalisées dans la Vallée Verte, entre le 8 et le 25 Juin 2014


    80 commentaires

  • Caloptéryx Vierge (10) - Calopteryx virgo

     

    Caloptéryx Vierge (10) - Calopteryx virgo

     

    Caloptéryx Vierge (10) - Calopteryx virgo

     

    Pour tous les renseignements concernant cette Libellule, vous pouvez consulter mon article précédent

    Je dois dire que cette libellule n'est pas en voie d'extinction dans ma région.
    A chacune de mes balades j'en croise des centaines, mâles ou femelles, mais plus de femelles...
    Je pourrais présenter des articles comme celui-ci tous les jours si je voulais !


    Photos réalisées dans la Vallée Verte, le Mardi 2 Juillet 2014


    74 commentaires

  • Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia

     

     Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia
    La seule photo ailes fermées que je peux vous présenter !

     

     Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia
    Un accouplement, dans une position curieuse... ?

     

    Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia

     

     Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia
    Le restaurant : au menu des bananes et de l'eau légèrement sucrée

     

     Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia
    Sur une fleur de Lantana

     

    Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia

     

    Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia

     

    Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia

     

    Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia

     

    Clipper Brun (3) - Parthenos sylvia

     

    Parthenos sylvia est un insecte lépidoptère de la famille des Nymphalidae,
    de la sous-famille des Limenitidinae et du genre Parthenos.
    Il existe de nombreuses sous-espèces, notamment le Clipper Brun et le Clipper Bleu.

    Noms vernaculaires :
    Il se nomme Clipper Brown en anglais.

    Description :
    C'est un grand papillon d'une envergure de 70 à 120 mm suivant les sous-espèces.
    Le plus souvent de couleur noire ornementé de taches jaunes presque hyalines
    mais suivant les sous-espèces il peut se colorer de divers tons de bleu et de vert.

    C'est une espèce au vol rapide qui présente la particularité d'avoir un mouvement de battement d'ailes
    compris principalement entre l'horizontale et quelques degrés en dessous.
    Entre deux battements d'ailes il effectue des vols planés.

    Période de vol :
    L'imago vole de septembre à février.
    (Chez les lépidoptères, un imago est un papillon, tout simplement).

    Plantes hôtes :
    Les plantes hôtes de sa chenille sont des Cucurbitaceae, des Passifloraceae (Adenia palmata),
    des Menispermaceae (Tinospora cordifolia).

    Répartition :
    Il est présent dans la plupart des pays d'Asie du sud-est, en particulier dans les Philippines, en Inde dans les Ghâts occidentaux, l'Assam, le Myanmar, au Sri Lanka, en Malaisie, aux Philippines et en Nouvelle-Guinée.

    Habitat :
    Il réside dans la jungle dense.


    Photos réalisées dans la serre tropicale de L'île aux Papillons, de Noirmoutier, le Mercredi 30 Avril 2014


    59 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires