• Petite Tache (1) - Myscelia cyaniris

     

    Petite Tache (1) - Myscelia cyaniris

     

    Petite Tache (1) - Myscelia cyaniris

     

    Petite Tache (1) - Myscelia cyaniris

     

    Petite Tache (1) - Myscelia cyaniris

     

    La Petite Tache (Myscelia cyaniris) est un papillon de la famille des Nymphalidae,
    de la sous-famille des Biblinidae (ou Nymphalinae) et du genre Myscelia.

    Description :
    La Petite Tache a une envergure de 6 cm environ.
    Les ailes sont noires ou bleu profond iridescent selon l’angle d’observation et la luminosité. Le bord des ailes est brun foncé ponctué de blanc. Les ailes antérieures ont deux lignes blanches sur la moitié inférieure et des taches blanches sur la moitié extérieure. Les ailes postérieures ont quatre lignes blanches horizontales et deux petites taches blanches l’une en-dessous de l’autre vers le haut de la marge externe.
    Le dessous des ailes est brun beige cryptique, ressemblant à une feuille morte,
    et avec des taches blanchâtres sur les ailes antérieures.
    Les femelles ne sont pas iridescentes et leurs couleurs sont plus ternes.

    Chenille :
    Les chenilles sont vertes et couvertes d’épines ramifiées. La tête est brun noir avec deux grandes cornes épineuses.

    Chrysalide :
    Les chrysalides ont différentes teintes de vert : vert feuille d’un côté, vert blanchâtre et vert foncé avec une ligne vert blanchâtre au milieu de l’autre côté. Le bas de l’abdomen est légèrement incurvé, et le devant du thorax est pointu. Elles ressemblent un peu à une feuille couverte de déjections d’oiseau.

    Biologie :
    La Petite Tache se nourrit du jus de fruits fermentés.

    La Petite Tache est un papillon diurne.
    Les mâles se perchent sur les troncs à 4-8m du sol dans les zones ensoleillées et en lisière de forêt.

    Les papillons de la famille des Nymphalidés ont la première paire de pattes réduite,
    et n’en utilisent donc que quatre pour marcher.

    Répartition & Habitat :
    L’aire de répartition de Myscelia cyaniris s’étend du sud des Etats-Unis au Pérou,
    en passant par toute l’Amérique Centrale.

    On rencontre la Petite Tache dans la forêt tropicale jusqu’à 700m d’altitude.


    Je reprends la publication des photos de papillons exotiques que j'ai commencée il y a 2 mois.
    Tous ces papillons exotiques vivent en liberté au milieu des visiteurs, dans une grande serre tropicale.
    Le nom de ce papillon ne correspond pas à sa beauté.
    J'aime beaucoup les irisations bleutées sur les ailes des mâles.


    Pour ceux qui auraient raté certains de ces articles, retrouvez les 8 papillons déjà publiés ici :
    Papillons Exotiques

    Photos réalisées à L'île aux Papillons de Noirmoutier, le Mercredi 30 Avril 2014


    58 commentaires

  • Monarque (2) - Danaus plexippus

     

    Monarque (2) - Danaus plexippus

     

    Monarque (2) - Danaus plexippus

     

    Le Monarque (Danaus plexippus) est un insecte lépidoptère de la famille des Nymphalidae,
    de la sous-famille des Danainae et du genre Danaus.

    C'est un papillon migrateur qui est célèbre en Amérique car il y migre en groupes de millions d'individus sur plus de 4 000 kilomètres, deux fois par an, d'août à octobre vers le sud (surtout au Mexique), et au printemps vers le nord.

    Noms vernaculaires :
    Le Monarque se nomme en anglais Monarch Milkweed, Common Tiger, Wanderer ou Black Weined Brown.

    Description :
    Le Monarque est de couleur orange, veiné et bordé de noir, l'apex et la bordure des ailes sont ornés de taches blanches. La face dorsale de l'aile postérieure du mâle présente une tache supplémentaire, absente chez la femelle, cette dernière étant d'une couleur plus marron.

    C'est un grand papillon dont l'envergure est de 8,6 à 12,4 cm et le poids de 0,5 grammes.

    Chenille :
    La chenille est très colorée, annelée de blanc, de noir et de jaune. Elle possède deux paires de filaments noirs charnus, une paire juste derrière la tête, l'autre à l'arrière du corps.

    Biologie :
    C'est un papillon aux couleurs vives, tant au stade larvaire (chenille) qu'au stade adulte (imago). Ces couleurs sont supposées être un signal pour d'éventuels prédateurs, phénomène appelé aposématisme. Les œufs sont pondus sur des plants d'asclépiades, qui contiennent des alcaloïdes et des cardénolides toxiques pour de nombreux animaux mais pas pour le Monarque. Suite à l'éclosion de son œuf, la chenille consomme les feuilles d'asclépiade, séquestre et emmagasine les cardénolides (un stéroïde), ce qui la rend indigeste pour ses prédateurs vertébrés, les oiseaux principalement. Ces réserves de poison demeurent présentes chez l'adulte, et feront vomir l'oiseau naïf qui tentera de manger l'insecte.

    Période de vol et Hivernation :
    Il vole d'avril à octobre en plusieurs générations et a une diapause de la fin de l'automne au printemps.

    Répartition :
    Espèce ubiquiste, elle est présente dans toute l'Amérique du Sud et toute l'Amérique du Nord, aux îles Canaries, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Nouvelle-Guinée, en Nouvelle-Calédonie et jusqu'aux Mascareignes.

    En Europe, il est migrateur occasionnel aux Açores et au Portugal et migrateur exceptionnel en France,
    en Grande-Bretagne et en Irlande.

    Ses biotopes sont divers, suivant les saisons, il se plaît dans toute l'Amérique mais passe l'hiver
    dans des forêts de sapins sacrés de l'état du Michoacán au Mexique.

    Migration :
    L'un des aspects les plus curieux de la migration des Monarques est que leur voyage du Sud au Nord se fait en plusieurs générations alors que le voyage du Nord au Sud se fait en une seule. Les Monarques naissant en automne, entrent dans une phase de diapause qui leur permet de survivre toute la durée de l'hiver. Cela leur permettra de migrer de la région des grands lacs et du sud de la Californie vers l'état du Michoacán au Mexique où ils vivront à l'état d'inactivité dans des forêts de sapins sacrés (ou oyamel). Les Monarques y sont présents en nombres si importants qu'on ne peut parfois même plus distinguer la moindre parcelle d'écorce où ils se posent. Les Monarques se regroupent en essaims la nuit et prennent leur envol le jour si la température est suffisamment élevée.

    Tout ce cycle est nécessaire pour que les Monarques prennent des forces pour la reproduction qui aura lieu en mars, juste avant de prendre leur envol pour le Nord. Le voyage vers le Nord prendra plusieurs générations, la durée de vie normale d'un Monarque est d'environ deux mois l'été, plus de sept mois pour la forme hivernale.

    Les raisons de cette migration, et comment les papillons retrouvent le même lieu que leurs prédécesseurs après plusieurs générations, reste en grande partie une énigme : une première explication concerne le fonctionnement d'horloges circadiennes localisées dans leurs antennes.

    Menaces et Protection :
    Il n'a pas de statut de protection au Québec, mais il est jugé en situation « préoccupante » par le Canada. L'agriculture industrielle et la pollution générale de l'environnement par les insecticides, mais surtout l'usage des désherbants qui élimine ou fait fortement reculer l'asclépiade des zones d'élevages et/ou cultivées
    constituent quelques causes de sa régression.

    Le déboisement des forêts, l’érosion des sols menacent aussi les forêts du Michoacán au Mexique
    où le Monarque a l'habitude d'hiverner.

    En outre, les OGM de type "Bt" lui sont fatals. Cependant il est important de noter que cette étude ne se fondait que sur des essais en laboratoire. Elle a été fortement remise en question suite à des essais au champ.

    En tant qu'espèce emblématique, il bénéficie des programmes spécifiques et d’un plan stratégique de protection, au nord (protection d'habitats abritant des asclépiades, sensibilisation de la population invitée à suivre la migration), et au sud (avec notamment la promotion d'un écotourisme local à proximité des zones de reproduction).


    Ne pas confondre le Monarque avec le Petit Monarque, que je vous ai présenté il y a quelque temps : ICI


    Photos prises à L'île aux Papillons, le Mercredi 30 Avril 2014


    66 commentaires

  • Cydno (2) - Heliconius cydno

     

    Cydno (2) - Heliconius cydno

     

    Le Heliconius cydno est un lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae,
    à la sous-famille des Heliconiinae et au genre Heliconius.

    Nom vernaculaire :
    Heliconius cydno se nomme Cydno Longwing en anglais.

    Description :
    C'est un très grand papillon aux ailes allongées et arrondies qui présente une grande variété de couleurs suivant les sous-espèces, qui ont pour la plupart une couleur uniforme foncée rayée d'une large bande blanche aux antérieures associée chez d'autres à une bande blanche des postérieures marginale chez Heliconius cydno alithea et Heliconius cydno chioneus, submarginale chez Heliconius cydno cydnides, barrant l'aile postérieure chez Heliconius cydno pachinus, basale chez Heliconius cydno weymeri.

    La couleur varie du noir le plus fréquent, au bleu-gris pour Heliconius cydno galanthus
    et au marron pour Heliconius cydno timareta.

    Chenille :
    Elle est de couleur blanche avec des épines noires.

    Plantes hôtes :
    Les plantes hôtes sont des Passiflora ou Passiflore, dont Passiflora biflora et Passiflora vitifolia.

    Répartition :
    Il est présent en Amérique, dans le sud de l'Amérique du Nord et le nord de l'Amérique du sud, au Mexique, en Équateur, au Costa Rica, à Panama, au Guatemala, Nicaragua, en Colombie et au Venezuela.

    Habitat :
    Son habitat est la forêt, en particulier la forêt tropicale.


    Photos prises à L'île aux Papillons de Noirmoutier, le mercredi 30 Avril 2014


    47 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique