• « Les maladies tropicales ne représentent pas un marché intéressant pour nous,
    parce que les personnes qui en souffrent ne sont pas solvables. »

    André Nikitin - Newsweek - 17 Mai 1993
    (Ancien directeur de production du groupe pharmaceutique Ciba-Geigy)

     

    Lézard Vert (1) - Lacerta bilineata

     

    Cette espèce de reptile se rencontre dans de nombreux pays d'Europe :
    France, Suisse, Espagne, Monaco, Italie, Croatie, allemagne, Royaume-Uni, ainsi qu'aux États-Unis où il a été introduit.

    Ce grand lézard (Lacerta bilineata) à la livrée élégante d'un beau vert est très commun dans nos campagnes.
    Le lézard vert, bien que totalement inoffensif, est encore victime de légendes tenaces.
    La plupart du temps, vous pourrez observer le lézard vert, par une belle journée d’été, en train de lézarder au soleil.

    Il mesure entre 35 et 40 cm pour un poids d’environ 30 grammes.

    Comme tous les lézards, il peut laisser sa queue en diversion en cas d’attaque car elle repousse assez vite.
    Sa queue est deux fois plus longue que le reste de son corps et peut mesurer jusqu’à 25 cm.

    Ce lézard se nourrit d’insectes et de leurs larves, d’araignées ou de vers de terre. Vorace, il détruit beaucoup d’animaux nuisibles aux cultures.
    Comme les serpents, le lézard se sert de sa langue pour recueillir les odeurs.
    Ses dents servent à retenir la proie mais ne sont pas efficaces pour mastiquer.
    Il avale les proies en entier grâce à ses mâchoires puissantes.

    Il ne chasse qu’une partie de la journée, adorant se faire chauffer au soleil pour réguler sa température.
    Son habitat idéal est une garrigue fleurie parsemée de rochers et d’arbres.
    Craintif, il fuit à la moindre alerte. Il grimpe facilement aux arbres grâce à ses quatre pattes munies de fortes griffes.

    Quand la température atteint environ 15°C, le lézard vert sort de son hibernation qui a duré environ 5 mois.

    Au moment de la reproduction, le mâle arbore une livrée magnifique. Sa gorge se teinte d’un magnifique bleu vif.
    Il peut ainsi conquérir ses belles mais non sans livrer combat. En effet, les rivaux sont violents et les combats parfois mortels.
    Au moment de l’accouplement, le mâle mord la femelle pour la retenir et s’accoupler.

    En mai ou juin, la femelle pond jusqu’à 20 œufs, dans le sol ou à l’abri sous un tas de végétaux.
    Après 2 à 3 mois, les jeunes lézards s’éparpillent aux alentours. Le bébé lézard ne mesure que 7 ou 8 cm et pèse environ 1 gramme.

    Rapaces, chats, belettes et serpents sont leurs principaux prédateurs. Seul un petit nombre de jeunes lézards arriveront à maturité.

    Les lézards muent au fur et à mesure qu’ils grandissent. Leur longévité en liberté est d’environ 8 ans.


    44 commentaires
  • Lézard des Murailles (1) - Podarcis muralis

     

    Lézard des Murailles (1) - Podarcis muralis

     

    Lézard des Murailles (1) - Podarcis muralis

     

    Lézard des Murailles (1) - Podarcis muralis

     

    Lézard des Murailles (1) - Podarcis muralis

     

    Lézard des Murailles (1) - Podarcis muralis

     

    Le lézard des murailles est appelé « rapiète » dans le Sud-Ouest de la France.
    Il est également appelé « langrotte » en Saintonge

    On le trouve dans toute l'Europe du Sud et en France.
    Il a également été introduit au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis.

    Il habite les vieux murs, les tas de pierres, les rochers, les carrières, les terrils et apprécie spécialement les rails ou les quais de gares peu fréquentés. Ce lézard est beaucoup plus urbain que les autres espèces.

    Lézard de forme élancée, espèce extrêmement polymorphe, avec une variabilité extraordinaire de l'écaillure, une coloration très variable, brun, gris ou même verdâtre.
    La face ventrale est claire, jaune, bleu ou rougeâtre. La gorge est mouchetée de noir.

    Le mâle mesure 20 cm, exceptionnellement 25 cm, la femelle 18 cm.
    On ne peut pas déterminer son sexe tant qu'il n'a pas atteint la maturité.

    La queue de ce lézard casse facilement (autotomie), lui permettant ainsi d'échapper à des prédateurs.
    En effet, l'extrémité « perdue » continue à s'agiter ce qui constitue un leurre vis-à-vis de l'attaquant.
    Une queue de remplacement repousse progressivement mais elle est dépourvue d'écailles,
    et elle est uniformément gris sombre. Parfois elle peut repousser double.

    Il se nourrit d'insectes (chenilles et papillons, orthoptères), d'araignées, de vers de terre, de criquets,
    de grillons, de teignes et de pucerons.

    L'accouplement a lieu au printemps, suivi de la ponte qui, selon les régions, intervient entre avril et juin.
    La durée de l'incubation est de quatre à onze semaines.

    Il est principalement la proie des oiseaux et des hérissons ainsi que des chats près des zones habitées.


    44 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique